Histoire

Les seigneurs du lieu sont connus en 1200 avec les de Fontaines.
Jean d'Arrech (Arrest) vend en 1271, la moitié des terrages d'Arrest aux religieux de Forest-Montiers1.
Louis d'Arrest, écuyer, seigneur de Valmontier, vivant en 1697, qui n'avait que deux filles, fut le dernier du nom.
Aurélien Tétu, patriote F.F.I., a été tué sur la place, deux heures avant la libération de la commune, le 2 septembre 1944.

Blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D'argent au lion de gueules.


Ce blason n'a jamais fait l'objet d'une délibération du conseil municipal.
Il peut être admis qu'il soit aujourd'hui celui de la commune d'Arrest.
Une raison à  cela : il fut porté du 14e au 18e siécle par la famille D'Arrest, originaire d'Arrest sans en être seigneurs.
A Abbeville, à  partir de 1310, les membres de cette famille "remplirent des fonctions municipales et s'alliérent à  un grand nombre de familles les plus marquantes de l'ancienne bourgeoisie.

Lieux et monuments

Le chateau d'Arrest fut construit à  partir de 1575 par Charles de la Chaussée d'Eu, seigneur de la Chaussée et d'Arrest.


Eglise Saint-Martin, gothique XIIe, XVe et XVIe siécles


Personnalités liées à  la commune

Jules Dufrêne (1916-1991), auteur picard né à  Watiéhurt, commune de Lanchéres, a écrit Bassureries (1983).
Il a enseigné plus de 25 ans à  Arrest où il a animé la troupe de théâtre locale ‚« L'écran d'Arrest ».

Marius Delahaye, ancien Député de la Somme, qui fut également maire d'Arrest.

Petite histoire des rues.pdf


Quelques vues du village jadis


Compteur Global gratuit sans inscription